Lu pour vous

Dans nos rayons :


L'invention des corps

Pierre Ducrozet


L’invention des corps parle de la confrontation des êtres et de la technologie, et de la prise de conscience qu’elle suscite en repoussant les frontières de la représentation du réel.










 

Quelque part entre le bien et le mal

Christophe Molmy


J’aurais pu titrer cette chronique : « Un polar AOC »…
En effet, quand l’auteur est un ponte de la maison Poulaga, ou du moins de l’une de ses succursales, on a la garantie que tous les ingrédients viennent du terroir.










Vivement l'avenir

Marie-Sabine Roger


Marie-Sabine Roger a écrit ce livre à la première personne, alors forcément, son langage est celui de ses personnages, et s’ils ne s’expriment pas toujours selon les règles de la bienséance, l’auteur sait mettre dans leur bouche des mots qui font sens.









Même les cow-girls ont du vague à l'âme
Tom Robbins

Notre bibliothèque renferme quelques perles qui, bien qu'un peu datées, n'ont rien perdu de leur éclat. En voici une qui m'a enthousiasmé.
Lire la chronique 











L'offense
Francesco De Filippo 




En choisissant de raconter cette histoire par la voix de Gennaro, l’auteur nous invite à une visite « non censurée » du monde des mafiosi, vu à travers le regard candide d’un jeune homme qui pense n’avoir d’autres choix que de subir.








Le cycliste de Tchernobyl

Javier Sebastian


Ce petit roman est un bonbon fourré : sous la surface d’une histoire sucrée à humour pétillant, on découvre une garniture plus sombre, dont les ingrédients peuvent laisser un arrière-goût aussi amer que le plutonium. Du moins, je me plais à imaginer que le plutonium dégage ce genre de saveur…

Appelle-moi Brooklyn

Eduardo Lago 




À n’en pas douter, ce livre en découragera plus d’un, mais ceux qui iront jusqu’au bout vivront un pur moment de bonheur littéraire.












Femme à la mobylette

Jean-Luc Seigle


Livre après livre, Jean-Luc Seigle, chantre des petites gens, démontre son talent à faire pousser d’étranges et belles fleurs sur les crassiers les plus noirs. Femme à la mobylette se lit comme un conte : on ne cherchera pas de crédibilité dans le récit de la vie de Reine. La véritable histoire se trouve entre les lignes et raconte que la pauvreté engendre les rêves les plus fous.





 

La solitude est un cercueil de verre

Ray Bradbury


Pour moi, et sans doute pour un certain nombre d’autres lecteurs, Ray Bradbury est un auteur de science-fiction… À une époque où j’en lisais beaucoup, je m’étais régalé de ses nouvelles, ses Chroniques martiennes, et enflammé pour Fahrenheit 451. Je dois l’avouer, j’ai été assez surpris de trouver le nom de cet auteur dans les rayons « Polars » de la médiathèque départementale…






Mourir n'est peut-être pas la pire des choses

Pascal Dessaint


Si ce livre est sorti il y a quinze ans, on constatera à quel point il est encore d’actualité, au moment où monsieur Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, dénonce le peu d’effet de tous nos « plans climat » et autres « bonnes volontés écologiques » face au monde de la finance et au modèle économique qui prédomine dans le monde. Si vous cherchez du polar pur et dur, vous pourriez être légèrement déçu : ce roman de très bonne facture est aussi (d’abord ?) un prétexte à nous parler de l’avenir de notre planète.






Derrière l'écran

Richard Matheson


Par rapport à la production actuelle, ces nouvelles accusent leur âge. Les classer dans la catégorie « terreur » peut presque sembler un tantinet risible, tant on a du mal à imaginer qu’elles puissent effrayer quiconque, à notre époque de surenchères sanguinolentes. Et pourtant ! Évocatrices plus que descriptives, je suis bien certain qu’elles ont tenu en haleine nos pères et nos grands-pères, et fait frémir d’effroi nos grand-mères et leurs filles.








L'ange des ténèbres

Caleb Carr


Malgré mes réserves de lecteur exigeant, j’ai vraiment dévoré avec gourmandise ce pavé de 620 pages. Il est conçu pour plaire au plus grand nombre et réussit parfaitement sa mission, cependant, les qualités du récit l’emportent sur son côté « industriel », et après tout, avec ce genre de lecture, l’important n’est-il pas de se faire plaisir.








Le liseur du 6 h 27

Jean-Paul Didierlaurent



Il n’est pas exagéré de dire que les auteurs de romans feel-good sont souvent les champions de « l’enfonçage de portes ouvertes ».
La recette fonctionne à merveille, alors pourquoi s’en priver ?
Le livre de Jean-Paul Didierlaurent est de cette veine. Pas vraiment mal écrit, mais sans réelle envergure. Un livre-placebo pour lecteur en manque d’optimisme. Sitôt lu, sitôt oublié…






Les chasseurs de sève

Laurent Genefort


La science-fiction est un domaine qu’on a parfois du mal à définir, tant il est riche de sous-genres… Les classements d’aujourd’hui ne simplifient pas le tri. Pour certains livres, le mot science paraît même abusif, tant le thème abordé en est dépourvu. Avec Les chasseurs de sève, nous sommes tout à fait dans ce cas de figure : l’auteur nous emmène dans un monde inconnu, une planète lointaine où nos repères habituels n’ont plus leur place.





Purgatoire des innocents

Karine Giebel


La célèbre phrase de Dante pourrait figurer sur la première page de ce livre : Vous qui entrez, laissez toute espérance. Alors, lecteurs sensibles, passez votre chemin ! Karine Giebel a dû tomber dans la chanson de Johnny Hallyday quand elle était petite ! Noir, c’est noir ! Il n’y a plus d’espoir !








Rosa candida

Audur Ava Ólafsdóttir


Audur Ava Ólafsdóttir soigne ses mots comme son personnage soigne ses roses, et cela donne un texte empli de poésie, où se mêlent la chair et la spiritualité.










Moriarty - Le chien de d'Uberville

Kim Newman

 Les fans du grand détective seront certainement déçus de le croiser aussi peu, et peut-être vexés de constater que Moriarty le prend pour le dernier des imbéciles, mais je trouve la démarche intéressante. À défaut d’être réussie ! L’humour, très britannique et plutôt noir, est omniprésent, mais ne parvient pas à sauver l’ensemble d’un mortel ennui.
Lire la chronique 











Le tour du monde du roi Zibeline

Jean-Christophe Rufin


Le tour du monde du roi Zibeline ne peut que séduire le lecteur, d’abord par sa qualité littéraire, ensuite parce que ce récit est aussi captivant qu’édifiant et qu’il s’adresse autant aux férus d’histoires qu’aux amateurs d’aventures.










La fille qui rendait coup pour coup

(Millénium 5)

David Lagercrantz


Ce nouvel opus fort bien fabriqué tient toutes ses promesses, mais un peu comme les meubles d’une célèbre marque suédoise. C’est vraiment sympa, mais c’est fait pour le plus grand nombre et ça ne traversera pas les générations.







Le nain qui disparaissait

James P. Blaylock


Le nain qui disparaissait est une véritable aventure, épique, avec ses moments dramatiques, mais racontée sur un mode toujours joyeux. Une lecture qui ne pose certes pas de questions fondamentales, mais cette histoire enjouée, souvent drôle, est un vrai moment de plaisir décuplé par mille inventions toutes plus savoureuses les unes que les autres.








Comme dans un miroir

Gunnar Staalesen


Des personnages bien dessinés au service d’une histoire distillant son lot de suspense sans oublier de mettre un coup de projecteur dans les coins sombres de la société, c’est la recette simple du bon polar, et Gunnar Staalesen sait la mitonner aux petits oignons.










Charley Davidson − Première tombe sur la droite

Darynda Jones


Cette première lecture de l’année 2018 augure-t-elle une joyeuse légèreté pour les douze mois à venir ? Je ne saurais le dire, mais elle m’a dispensé une vivifiante dose de bonne humeur pour bien commencer ce nouveau cycle.










Blanche-Neige doit mourir

Nele Neuhaus


Si, comme moi, vous ne connaissiez pas le polar allemand ou que vous vous étiez arrêté aux aventures télévisuelles de l’inspecteur Derrick, faites vite connaissance avec Nele Neuhaus.








Cadres noirs

Pierre Lemaitre


Après avoir lu ce livre, vous ne regarderez plus jamais de la même façon les types en costume qui sortent d’un immeuble de bureau !










Harry Potter

J.K. Rowling

Paulin Charmillon a lu les tomes 1 à 7 de Harry Potter. Voici ce qu'il nous en dit :
« J'ai bien aimé . Car c'était joyeux. Il y avait de l' humour , de l'amour , du désespoir et surtout de la magie . Celui qui m' a le plus plu est "HARRY  POTTER et les reliques de la mort »

 

 

 

 

 

Toubib

Gilbert Schlogel

 Pour Hélène Roux, l'une de nos lectrices : « une excellente lecture pour aborder, sans à priori, une page douloureuse de l'Histoire de notre pays. »
Lire la chronique 
 

 

 

 

 

LoveStar

Andri Snær Magnason


LoveStar, classé parmi les romans de science-fiction, rebutera les lecteurs hermétiques à ce genre, et c’est bien dommage. Je l’ai déjà dit et je le répète : certains livres transcendent les genres pour n’être que littérature, alors oubliez les cases dans lesquelles les marchands veulent les enfermer, lisez-les !













Profil perdu
Hugues Pagan


Hugues Pagan n’est pas le premier flic à écrire des romans policiers, et sans doute pas le dernier… Tous ont en commun de savoir de quoi ils parlent, quand ils nous décrivent la vie d’un commissariat ou des hommes y travaillant. Tous n’ont pas le même talent pour l’écriture, mais l’on peut supposer que ceux qui sont édités, quel que soit le degré d’aide qu’ils ont reçu de leur maison d’édition, sont parmi les plus doués…







Le roi n'a pas sommeil

Cécile Coulon


Céline Coulon déroule son récit avec la force et la tenace régularité des saisons qui s’enchaînent et nous laisse en partant un goût d’inoubliable teinté de mélancolie, comme un carte postale ancienne qui nous ravit et nous interroge aussi. Du grand art !












Quand sort la recluse

Fred Vargas


Dans Quand sort la recluse, le neuvième (et dernier en date) roman de Fred Vargas mettant en scène le commissaire Adamsberg, on retrouve le flic dans les brumes islandaises où il s’était réfugié à la fin du précédent volume. Une enquête d’apparence compliquée le rappelle d’urgence à Paris, mais c’est autre chose qui va interpeller ce flic hors-norme : l’intérêt de l’inspecteur Voisenet pour une araignée au nom de recluse qui, dans le même temps, a déjà fait trois morts dans le Gard.












Les transparents

Ondjaki


La littérature africaine n’est certainement pas la plus représentée dans les vitrines de nos libraires, et c’est bien dommage ! À l’heure où le rouleau compresseur de la mondialisation nivelle tout ce qui se vend, même l’art est prié de passer par le moule de la rentabilité et l’auteur par celui du consensus. Dans ce monde aseptisé de la littérature industrielle, le roman d’Ondjaki est une salvatrice bouffée d’air frais.







Le dernier chasseur de sorcières

James Morrow


Un roman passionnant, riche et joyeusement iconoclaste qui allie plaisir intellectuel et divertissement, amusement et réflexion dans une écriture débridée et surprenante.










Astéric et Obélix

Uderzo et Goscinny

 Thibault Mazé nous dit :
« Vos livres sont biens. J'ai lu plusieurs Astéric et Obélix, ils sont supers. »






Boule et Bill

Jean Roba, Laurent Verron

 Soléane Mazé nous dit :
« Dans Boule et Bill, page 46, les 4e et 6e cases, les bulles sont coloriées en vert, sinon, c'est bien. »






Les légendaires

Patrick Sobral

 Soléane Mazé nous dit :
« Dans le livre Les Légendaires, page 12, la première bulle de la 10e case est déchirée, sinon trop trop bien. »






Les dossiers Dresden - 1 Avis de tempête

 Jim Butcher



Certains mordus de polar ou fanas de fantastique crieront peut-être au scandale, ni retrouvant pas leurs petits, mais personnellement, j’ai trouvé le mélange des genres plutôt réussi et j’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman.







300 mots

Richard Montanari

 Un peu décevant par rapport aux éloges de la presse reproduites en quatrième de couverture…
Lire la chronique.







Avoir un corps

Brigitte Giraud


J’avais lu, il y a quatre ou cinq ans, Journal d’un corps, de Daniel Pennac. Le livre de Brigitte Giraud en est un peu le pendant féminin. Les deux auteurs nous content une histoire de vie du point de vue du corps, c’est-à-dire des sensations, des émotions et de leurs répercussions sur le plan physique.
Lire la chronique.










Babylone Dream

Nadine Monfils

C’est à travers le traitement des personnages que l’auteure impose sa différence. Et pourtant, aucun d’eux n’est spécial, ne possède de dons particuliers, mais l’éclairage qu’elle apporte sur leurs traits de caractère les rend particuliers. On sent la femme de théâtre derrière cette « mise en scène ».
Lire la chronique. 










Dispersez-vous, ralliez-vous

Philippe Djian


Dispersez-vous, ralliez-vous : titre prémonitoire ? les idées sont dispersées, on a du mal à les relier entre elles, et ça, ce n’est pas fait pour rallier les lecteurs.
Lire la chronique. 












La maison interdite

Dean R. Koontz

 Si Dean R. Koontz a été comparé à Stephan King, les vrais amateurs préféreront l’original.











Chroniques de San Francisco

Armistead Maupin


Ces chroniques de San Francisco se lisent comme on suce un bonbon : avec gourmandise ! Le ton est léger et l’humour est fin, avec une petite pointe acidulée qui participe grandement au plaisir.










Tel Aviv Suspects

Liad Shoham

 Liad Shoham est présenté comme le meilleur auteur israélien de thrillers… N’en ayant pas lu d’autres, je ne me permettrais ni d’infirmer ni de confirmer cette assertion, mais je peux au moins affirmer ceci : Tel Aviv Suspects est un sacré bon roman !
Lire la chronique. 










En vieillissant les hommes pleurent

Jean-Luc Seigle


En vieillissant les hommes pleurent est un roman intime et bouleversant sur une journée de l’année 1961 d’un ancien combattant de la ligne Maginot qui est resté quatre ans prisonnier de guerre en Allemagne. Albert est un homme simple, ouvrier chez Michelin, issu d’une famille de paysans…









Marée montante

Marion Zimmen Bradley


La créativité de l’auteure, particulièrement brillante dans les sociétés et les cultures qu’elle décrit, nous invite à une véritable découverte ethnographique en territoires inconnus. C’est bien ce qu’on demande à la science-fiction, nous faire voyager, non ? Avec ce recueil de nouvelles, c’est une réussite !







Barby Blue

Olivia Koudrine


Vous le savez, si le domaine artistique est aussi celui de la beauté, il plonge souvent ses racines dans les ténèbres les plus profondes, je veux parler des noirceurs de l’âme humaine. Et c’est bien dans le polar que cela transparaît le plus. Olivia Koudrine ne fait pas exception à la règle et trempe sa plume dans le sang noir de l’enfance maltraitée, trahie, marquée à jamais.
Lire la chronique. 







Le syndrome de Kitahara

Christoph Ransmayr


Ce n’est certes pas le dernier roman à la mode, puisqu’il date d’une vingtaine d’années, ce n’est pas non plus un roman de genre, mais c’est un chef-d’œuvre, et dans ces cas, il n’y a pas de date de péremption ! Alors si vous aimez la grande littérature, n’hésitez pas plus longtemps, le syndrome de Kitahara est fait pour vous.








Seeker

Jack McDevitt


Une aventure plaisante à suivre, avec un bon suspense et quelques rebondissements intéressants, mais c’est un roman dont on peut se passer.









Babayaga

Toby Barlow

S’il vous reste vingt-trois euros sur votre budget livre de ce mois, investissez-les dans Babayaga. Si vous ne les avez plus, prenez-les ailleurs ! Privez vous de Nutella, reportez au mois prochain l’achat de nouvelles chaussures, laissez la voiture au garage et roulez à vélo, ou même, ne renouvelez pas vos antidépresseurs, ce livre fera aussi bien l’affaire. Et si vraiment vous êtes coincé, et bien empruntez-le à la bibliothèque…



Le passager d'Istanbul

Joseph Kanon


Un style narratif prenant, une histoire au suspense maîtrisé, une promenade inoubliable dans Istanbul (tel que la ville se présentait dans les années quarante), un homme prit entre raison d’État et conscience personnelle… tels sont les ingrédients qui fond du Passager d’Istanbul un excellent livre qui va au-delà du roman d’espionnage et peut, par les thèmes abordés, toucher un large lectorat.
lire la chronique. 







Les anges meurent de nos blessures

Yasmina Khadra



Yasmina Khadra est considéré comme l’un des plus grands écrivains francophones algériens de sa génération, et sa réputation n’est pas galvaudée. J’ai toujours un grand plaisir à retrouver cette plume lucide et forte qui dessine les mouvements de l’esprit comme un paysage.









Musiques de la frontière

Léa Silhol


Difficile de parler d’un livre quand tout est déjà dit en quatrième de couverture… Parce que c’est bien exactement de ce qui est décrit qu’il s’agit. Et le monde de Léa Silhol n’est pas très éloigné du nôtre : un monde parallèle à une poignée de degrés-seconde de nous, contemporain et universel.










Des nœuds d'acier

Sandrine Collette

C’est à une véritable plongée en enfer que nous invite Sandrine Collette. Un examen clinique de la dégradation des défenses psychiques d’un individu soumis à la torture et enfermé dans un milieu où les repères de la civilisation ont disparu.






Criminal loft

Armelle Carbonel

 Si vous aimez les thrillers, celui-ci vous accrochera jusqu’à la  ligne. Enfin, si vous ne craignez pas les lieux sombres et humides où le mal semble tapi dans chaque recoin…






Les ombres silencieuses

Mari Jungstedt

  Je découvre cet auteur scandinave avec ce roman et je me sens tout de suite plongé dans… un roman policier scandinave !








L'affaire Jésus

Andreas Eschbach


Classé dans la catégorie science-fiction, ce livre pourrait tout aussi bien rejoindre le rayon des thrillers. On peut même lui trouver un petit goût de roman d’espionnage.















Les sirènes noires
Jean-Marc Souvira

 Un polar écrit par un vrai flic, ça donne forcément un roman très réaliste. Quand, en plus, l'auteur montre un certain talent de narration…
Lire la chronique.







Temps glaciaires

Fred Vargas


Ah ! Fred Vargas… Depuis « L’homme aux cercles bleus », je ne crois pas avoir loupé un seul de ses romans. Que voulez-vous ? Quand on est amoureux…
Je sais, vous allez me dire que dans ce cas, on n’est pas objectif. Vous avez raison ! Ne vous attendez pas à ce que je dise du mal de Fred Vargas. Je l’adore, un point c’est tout !






Accros du roc

Terry Pratchett


Si les romans de la série « Les annales du Disque-monde » se passent tous dans cet univers étrange et éponyme, chacun peut être lu indifféremment de l’ordre de parution. Chaque volume représente une histoire à part entière. Les accros du roc (N° 16) ne fait pas exception et qu’importe si vous ne connaissez pas Terry Pratchett, inutile d’aller chercher le tome 1 pour partir à la découverte de cet auteur aussi prolifique qu’étonnant. 





 

Kaïken

Jean-Christophe Grangé



Je ne connais pas tous les titres de Jean-Christophe Grangé, mais parmi ceux que j’ai lus, Kaïken est pour moi l’un des meilleurs. Les presque cinq-cents pages se lisent très rapidement, tellement il est difficile d’en décrocher. L’écriture est précise, aucun mot n’est en trop, et l’ensemble vous entraîne avec la puissance d’un fleuve. Pour moi, un polar noir à ne pas manquer !





La chute des géants (Le siècle - T 1)

Ken Follet


À la veille de la guerre de 1914-1918, les grandes puissances vivent leurs derniers moments d’insouciance.
Bientôt la violence va déferler sur le monde. De l’Europe aux États-Unis, du fond des mines du Pays de Galles aux antichambres du pouvoir soviétique, en passant par les tranchées de la Somme, cinq familles vont se croiser, s’unir, se déchirer.
Lire la chronique.








Dernières nouvelles de la Terre

Pierre Bordage


Voilà de quoi découvrir une large palette du talent de ce conteur. Pierre Bordage raconte bien et sait se diversifier, même si tous ces récits, à part « Mauvaise nouvelle », reste du domaine de la science-fiction ou du fantastique, voire de la fantasy, comme avec « Le chant de l’esgasse ».






Le voleur de temps

Tony Hillerman

 Un très beau roman qui plaira aussi bien aux amateurs de polar (sans violence inutile) qu’à ceux qui s’intéresse aux cultures amérindiennes d’hier et d’aujourd’hui.
Lire la chronique.






Eternity Express

Jean-Michel Truong

 Plus anticipation que science-fiction, ce roman est de ceux qui nous parlent du possible devenir de notre société en se basant sur des éléments concrets du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.
Lire la chronique.






Chroniques du quotidien

Christine Canvel (illustration Opi Sons)

Exceptionnellement, je vous propose la chronique d'un livre que vous ne trouverez pas dans les rayons de notre bibliothèque. En tout cas, pas pour le moment.
Alors pourquoi nous en parler, me direz-vous ?
Parce que l'auteure est apchonnaise ! Ça mérite bien article, non ?
 

 Je vous le dis tout de suite, ce recueil est lu et approuvé par le « Raton Râleur ! » Et ça, c’est un gage que vous y trouverez tout ce qu’il promet : poils à gratter, soude caustique et bouquet d’épines ! Le tout saupoudré au sel de l’humour AOC.
Lire la chronique





Au fer rouge

Marin Ledun

 Je vous éviterai le jeu de mots facile, du genre : « Au fer rouge est un roman qui m’a marqué… », mais c’est pourtant vrai qu’on n’en ressort pas indemne. D’abord parce que c’est un roman noir. Très noir. Et cependant, tous les protagonistes de cette histoire sordide sont gris. De différentes nuances de gris.
Lire la chronique. 




L'arbre du dieu pendu

Alejandro Jodorowsky

Un bien étrange roman que cet « Arbre du dieu pendu ». Si l’on s’attend à une saga familiale, et bien, c’en est une, en effet : celle de la famille de l’auteur qui fuit les pogroms pour se réfugier en Amérique du Sud sous un nom d’emprunt. Mais l’auteur va beaucoup plus loin que la seule relation d’un exil qui pourrait être celui de n’importe quelle famille juive, durant cette époque cruelle. Cette histoire, il la sublime, la magnifie à la manière d’un enfant pour qui les parents sont des héros.



Épître aux Martiens

Jean-Marc Lovay


Ce livre à la couverture trompeuse a été classé, dans la catégorie « Science-fiction ». Les amateurs du genre risquent d’être déçus, ou pour le moins, déroutés. Pour ma part, je l’aurais fait figurer dans la catégorie « inclassable ».

En effet, que dire d’un roman aussi singulier que celui-ci ?








Du bois pour les cercueils

Claude Ragon



Le commissaire Gradenne prend froid dans l’hiver du Jura. À la manière de Maigret, enquête « grippée », gendarmes trop « pressés » comme ce corps broyé par la machine…
Quelle idée aussi de confier à des officiers de marine à la retraite le renflouement d’une usine, dans ce « port de mer » sous la neige, au milieu des forêts !

Lire la chronique 




Les 40 signes de la pluie

Kim Stanley Robinson


À Washington, Anna et Charlie Quibler œuvrent aux applications des découvertes scientifiques visant à améliorer la vie sur Terre. L’enjeu est de taille : alerter le monde sur les dangers du réchauffement climatique global et convaincre une administration réticente de prendre les mesures qui s’imposent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire